Découverte du SNOOC

Nous nous retrouvons, à 10 km de Briançon près de la Vallée de Serre Chevalier en direction du Queyras, pour tester le Snooc, un équipement permettant de faire une montée en ski de randonnée et une descente en luge.

 Pour cela, nous prenons la direction du col de l’Izoard, le temps d’une matinée parfaite de neige fraîche, sous un ciel bleu azur. Et c’est sans jamais en avoir fait avant que nous partons à la conquête de ce col mythique qui culmine à 2360m!

Le paradis blanc façon Cervières

Le petit hameau du Laus est encore à l’ombre à cette heure matinale. Le froid nous picote les joues, mais on peut apercevoir le soleil qui descend les versants de la vallée. Il ne va pas tarder à nous éblouir et à faire scintiller la neige qui vient de tomber.

Notre guide Tristan nous attend déjà avec le reste du groupe. Nous comprenons vite que c’est une personne en or, au-delà de sa tenue jaune soleil, toujours partant pour nous partager sa bonne humeur et sa passion pour la montagne. Il nous explique le concept du Snooc et le projet de la matinée. Au programme, deux heures de montée en direction du col de l’Izoard en suivant parfois la piste damée parfois des chemins plus sauvages dans la forêt. Après ces deux heures de montée, il sera temps de penser à la descente et, à ce moment seulement, Tristan nous dévoilera le secret pour transformer une paire de ski en luge.

Snooc, passo dell'Izoard ©S.Morattel
S.Morattel

Une forêt féerique

La forêt est en mode White Christmas avec son tapis blanc molletonné qui donne envie de plonger dedans et ses branches de pins qui pendent sous le poids des flocons. Féerique serait vraiment le mot adapté. Le crissement des skis sur la neige très froide est la preuve audible d’une vraie journée d’hiver avec l’air qui pince le bout du nez.

Mais commençons par le commencement. Avant de mettre les Snoocs en mode montée, le froid matinal incite à une session de réchauffement au pied de la piste. Tristan entraîne sa petite troupe avec un enthousiasme qui déteint et nous voilà en train de faire des montées de genoux et à sautiller sur place pour réveiller le corps dans la bonne humeur. Au moment de chausser les skis, la bonne nouvelle c’est que nous restons avec nos chaussures de randonnée, montantes si possible, pour garder les chevilles au chaud. Une lanière devant et une lanière derrière, nous serrons tout ça et c’est parti pour le départ !

La montée du col de l’Izoard

À la montée, sur la piste nordique partagée du col de l’Izoard, nous croisons le chemin d’autres skieurs, en ski de fond, en ski de randonnée ou en ski de randonnée nordique.

Quand nous quittons la piste pour couper les virages et faire notre trace dans la poudreuse profonde, nous sommes seules sous les arbres. C’est dans une atmosphère détendue et sans pression que nous parcourons les kilomètres qui nous séparent du col de l’Izoard, chacun à son rythme. Par ci par là, Tristan s’arrête pour nous parler de la faune et de la montagne. Avec le soleil qui arrive sur la piste, le moment semble être idéal pour reprendre son souffle et boire un coup d’eau, en contemplant la nature changer sous la chaleur des rayons. Quand nous reprenons la montée, Tristan nous parle de son parcours. Jeune du pays et moniteur de ski de fond, il se lance à son compte pour faire découvrir sa passion du Snooc, née, il y a quelques années, entre deux fous rires lors d’une sortie entre amis.

Deux heures de montée plus tard, dans ce paysage calme et idyllique, nous nous arrêtons un virage en dessous du Refuge Napoléon. Nous posons nos sacs et Tristan nous a préparé du thé que nous partageons tous ensemble avant de parler transformation. Oui, le moment est arrivé de comprendre comment on change des skis en luge !

Avec un accompagnateur - Vacances entre amis - Snooc, col de l'Izoard ©S.Morattel
S.Morattel

Une transformation simple et ludique

L’opération est simple : il faut enlever les fixations, superposer les deux skis, visser le siège et le tour est joué !

Nous regardons attentivement puis top chrono nous avons 10 minutes pour préparer l’engin de glisse ! Il faut le voir pour y croire et nous vous rassurons Tristan explique bien mieux cette transition ludique !

Le meilleur pour la fin : la descente en Snooc

Casque sur la tête et luges assemblées, nous partons pour les 6 km de descente du col.

La neige s’est transformée avec la chaleur et devient plus lourde et humide, le crissement de la neige froide a laissé place à un doux frottement lorsque que nous dévalons les pentes. Au début, la pente douce nous laisse le temps de trouver nos marques. L’équilibre n’est pas instantanément naturel. Installés sur une seule planche, à jongler avec les pieds et les mains pour tourner et freiner, il faut prendre le coup de main. Nous prenons vite de l’aisance, les épingles commencent à s’enchaîner et un vrai sentiment de glisse nous laisse euphoriques.

C’est fou comme la descente passe toujours plus vite ! Nous nous regroupons tous avant d’entamer nos dernières virages, l’excitation est au plus haut. Profiter un maximum est la devise de Tristan, naturellement une course se met en place. Le premier arrivé ne gagne rien de plus que le dernier et ensemble nous retrouvons nos âmes d’enfant, les cheveux au vent et le sourire aux lèvres.
il blog

Ti potrebbe interessare anche

COSA LEGGIAMO QUI

COSA LEGGIAMO QUI

Per saperne di più
I MUST HAVE INVERNALI DI ELODIE

I MUST HAVE INVERNALI DI ELODIE

Per saperne di più
Una passeggiata intorno a La Grave

Una passeggiata intorno a La Grave

Per saperne di più
I MUST DELL'ESTATE DI ELODIE

I MUST DELL'ESTATE DI ELODIE

Per saperne di più
UNA PASSEGGIATA DI VILLAGGIO IN VILLAGGIO

UNA PASSEGGIATA DI VILLAGGIO IN VILLAGGIO

Per saperne di più